Suivez-nous sur
El Fardou Ben, Serbie : El Fardou Ben Mohamed établit un nouveau record, Comoros Football 269 | Portail du football des Comores

Comorians abroad

Serbie : El Fardou Ben Mohamed établit un nouveau record

Buteur et passeur décisif face au CFR Cluj, El Fardou Ben Mohamed continue d’inscrire son nom en lettres d’or en Serbie. Après avoir établi le record du meilleur buteur étranger de l’histoire de l’Etoile Rouge Belgrade, il vient de franchir un nouveau palier. L’international comorien est désormais le meilleur buteur étranger de l’histoire du football serbe.

C’est à peine concevable les statistiques qui caractérisent les quatre saisons d’El Fardou Ben Mohamed à Belgrade. Arrivée en janvier 2018 dans la capitale serbe, l’attaquant de 32 ans garnit d’une saison à une autre son armoire à trophées et de records. Quatre fois champions de Serbie et une fois vainqueur de la Coupe de Serbie dont le doublé la saison écoulée.

Meilleur buteur étranger de l’histoire du football serbe

Mais tout ne se résume pas qu’aux titres. Il fût le grand artisan du retour de l’Etoile Rouge en phase de groupes de la Ligue des champions en 2018 après 27 ans d’absence. Prolifique, son impact dans le jeu et aux succès belgradois est immense. Un statut de cadre qu’il bonifie au fil du temps. La pièce maîtresse des Reds entre de plus en plus dans la légende. Il est en train de battre un à un les records en Serbie.

Après le titre de Meilleur buteur étranger de l’histoire de l’Etoile Rouge et avec même titre en compétitions européennes, il dépasse cette fois-ci le cadre du club. Avec 67 buts en 138 rencontres, il est désormais le Meilleur buteur étranger de l’histoire du football serbe. Dépassant ainsi avec 2 matchs en moins le sénégalais Lamine Diarra (66 buts en 140 matchs) qui évoluait avec le rival Partizan. Aucun joueur étranger n’a fait mieux en Serbie. « Big Ben » sonne et annonce la quête d’un nouveau record. Après tout, c’est lui le GOAT !

Partager sur :

Fondateur et Rédacteur en chef de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Comorians abroad