Suivez-nous sur
Ali Mohamed, Ali Mohamed et Moussa Djoumoi ouvrent leurs compteurs, Comoros Football 269 | Portail du football des Comores

Comorians abroad

Ali Mohamed et Moussa Djoumoi ouvrent leurs compteurs

Arrivé en juillet sur les rives du Léman, le jeune Abdallah Ali Mohamed se montre déjà décisif avec le Stade Lausanne Ouchy. En déplacement à Aarau à l’occasion de la quatrième journée de la Challenge League, le Comorien a signé son premier but de la saison. Le premier en professionnel. En France, son compatriote Moussa Djoumoi a aussi ouvert son compteur avec Saint-Priest.

C’est une soirée à rapidement oublier pour les Stadistes. Les Lions de Lausanne ont enregistré samedi leur première défaite de la saison face au FC Aarau. Une lourde défaite par cinq buts à deux. Une soirée cauchemardesque dont les protégés de Meho Kodro, privés de Rafidine Abdullah (blessé), avaient été menés 5-1 après cinquante-et-une minutes de jeu. Débutant sur le banc, Abdallah Ali Mohamed parvient magnifiquement à réduire le score. Neufs minutes après son entrée. Une superbe frappe lointaine de trente mètres n’a laissé aucune chance au gardien adverse Simon Enzler (5-2, 69è). Son premier but de la saison et aussi le premier en professionnel pour l’arrière droit de 22 ans.

En France, Moussa Djoumoi n’a pas attendu longtemps pour ouvrir son compteur de buts. L’international comorien a offert à Saint-Priest sa deuxième victoire de la saison. Un but inscrit dans les derniers instant de la rencontre face au Marignane-Gignac de Kassim Abdallah (1-0, 90è). Les Sangs et Or de la banlieue lyonnaise occupent la quatrième place du Groupe C de National 2 tout en ayant un match en retard. En National, Nassim Ahmed poursuit son apprentissage. Prêté par l’Olympique de Marseille au FC Sète, il a délivré une superbe passe décisive vendredi face à l’US Avranches.

Partager sur :

Fondateur et Rédacteur en chef de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Comorians abroad