Suivez-nous sur
FFC, FFC : la dérive d’une institution qui n’arrive plus à soigner son image

Actualités

FFC : la dérive d’une institution qui n’arrive plus à soigner son image

Le mercredi 1er novembre a été marqué par des événements antisportifs lors de la dernière journée du championnat à Ngazidja avec des scores fleuves de 19 et 21 buts, des irrégularités et des débordements. Une situation qui a précipité une décision du Ministère des Sports qui suspend le Bureau Exécutif de la Fédération de Football des Comores (FFC) entraînant une crise entre les deux institutions.

FFC, FFC : la dérive d’une institution qui n’arrive plus à soigner son image

Le Président de la FFC Salim Tourqui et Mahamoud Salim Ministre des Sports

Pour comprendre les scores fleuves du 1er novembre, revenons un peu en arrière avec un document sorti et distribué aux clubs par la fédération à 2 journées de la fin de la saison. Il s’agit d’un livret regroupant les règlements Généraux du championnat réédités de « Version 2015 » à « Nouvelle Version ». Un document qui n’a passé inaperçu et qui a déclenché une polémique sur la manière à départager les clubs à égalité de points. Cette nouvelle édition ne tient plus compte du goal à virage particulier qui laisse place au goal à virage général comme l’ont explicité certains proches et dirigeants de clubs s’appuyant sur l’article 7 (page 36) du livret.

Les éventements du 1er novembre étaient prévisibles

Bien avant les deux dernières journées nombreuses ont exprimé leur étonnements et colères après distribution des nouveaux Règlements Généraux insistant que tout changement de ces derniers nécessite dans les normes une Assemblée Générale. Tout a été donc, si l’on puisse dire, prévisible et dans cette situation la première responsabilité des débordements ne revient qu’à la fédération tout en condamnant aussi les comportements antisportifs des clubs et joueurs qui se sont laissés aller. Le résultat on le connait des clubs sous la pression du titre ou la relégation pour certains en ont exagéré avec des scores fleuves de 19 et 21 buts. A noter que plusieurs irrégularités ont observé et dans ces rencontres les matchs ont presque duré 2h de temps. Du jamais vu !

Un remake de ce qui s’est passé en 2012 et 2013

Mais il est à rappeler que de tels événements ne sont pas nouveaux. En 2012 et 2013 des clubs se sont imposés dans la dernière journée avec des scores de 10, 15 et 23 buts pour éviter la relégation ou accéder au titre. Des résultats qui ont pour la surprise générale été validé par la Ligue et la Fédération. N’ayant pas une bonne appréciation de l’opinion publique sur certains sujets relatifs à la gestion, l’image de ces institutions a depuis continué à traîner dans des affaires d’arrangement, corruptions et autoritarisme. A l’époque les règlements ont été modifiés (Voir ci-haut) pour éviter de tels débordement mais quand la fédération ignorant toute procédure change à son propre gré les règles du jeu en fin de saison, l’on se demande à quel tour voulais l’instance fédérale. Incompétence ou corruption, pour l’heure il faut laisser aux enquêteurs le soin d’élucider les faits.

Le football comorien risque des sanctions de la FIFA

Au lendemain de la dernière du championnat, Mahamoud Salim, Ministre des Sports, alerté des événements a annoncé en conférence de presse le jeudi matin la suspension « jusqu’à nouvel ordre avec effets immédiats du Bureau exécutif de la Fédération et de toutes les activités dont il a la charge » après des « nombreuses irrégularités et comportements malsains et antisportifs » Une décision que l’on peut aussi retrouver dans une note circulaire signé par le Ministre qui annonce aussi l’ouverture d’une enquête. Une décision qui pourrait coûter cher au football comorien puisque la FIFA pourra appliquer des sanctions à l’encontre des Comores pour ingérence gouvernementale.


La FFC a réagi dans l’après-midi via un communiqué annoncé se « soumettre » à la décision ministérielle, se désengageant de la responsabilité des événements et qu’elle va aussi ouvrir une enquête et procéder à des sanctions aux fautifs. Le Bureau Exécutifs s’est dit être « dans l’obligation d’informer l’opinion sur les conséquences graves d’une telle décision notamment l’annulation de notre match amical contre Madagascar, la suspension de notre participation aux matchs de la CAN, des matchs interclubs et de tous les projets en cours et d’en informer la FIFA et la CAF ».


L’effet immédiat de cette crise concernent l’équipe nationale, les Cœlacanthes, qui devront prendre part le 11 novembre à un match amical contre Madagascar. Sous la crainte des sanctions de la FIFA, les organisateurs envisagent d’annuler la rencontre. Ce qui sera un coup dur pour les Cœlacanthes qui sont en constante progression et qui ont besoin de telle préparation pour continuer à aller de l’avant.

Partager sur :

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

6 Commentaires

6 Comments

  1. Pingback: Fédération : le Président Salim Tourqui démissionne

  2. Pingback: Élections de la FFC : trois candidats pour la présidence

  3. Pingback: Les premières mesures du président Saïd Ali Saïd Athouman

  4. Pingback: Le championnat des Comores de D1 saison 2018 démarre samedi

  5. Pingback: Saïd Athouman : « apporter de la transparence dans nos actions » – Partie I

  6. Pingback: Saïd Athouman : « Privilégier l’intérêt de la fédération » – Partie II

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Actualités