Suivez-nous sur
Le Comorien Mohamed Athoumani avec Chebli Saïd Omar et Azilani Abdoulmadjid aux JIOI 2019

International

Un trio arbitral comorien a été sélectionné pour les JIOI 2023

Le contingent comorien aux JIOI 2023 ne se limite pas seulement aux athlètes, un trio arbitral se prépare à officier lors des matchs de football

À une semaine du coup d’envoi des JIOI 2023, la délégation comorienne a été officiellement annoncée. Le Comité Olympique et Sportif des Îles Comores (COSIC) a confirmé les membres de la « Team Comoros », maintenant réduits à 274, par rapport au chiffre initial de 327. Cependant, cette délégation ne comprend pas uniquement des athlètes. Elle compte également des officiels, parmi lesquels figure un trio arbitral qui officiera lors des matchs de football.

Ce trio, placé sous la direction de Mohamed Athoumani, est déjà bien familier avec les JIOI. Du moins, pour deux d’entre eux. En effet, Athoumani avait déjà pris part à l’édition 2019, accompagné de l’assistant Azilani Abdoulmadjid, qui est également retenu pour cette 11ème édition. Le précédent trio comorien, avec Chebli Saïd Omar, avait eu l’honneur de diriger la finale entre Maurice et La Réunion. Cette fois-ci, l’expérimenté Amaldine Soulaimana (assistant) se joint aux deux premiers pour compléter le trio arbitral.

Les JIOI 2023 auront lieu à Madagascar du 24 août au 2 septembre. En ce qui concerne le football, six membres sur sept se sont engagés. Les équipes sont réparties en deux groupes de trois. Le Groupe A comprend Madagascar, les Seychelles et Maurice. Quant au Groupe B, il réunit La Réunion, Mayotte et les Comores. Les deux premiers de chaque groupe se qualifieront pour les demi-finales, qui auront lieu le 31 août au Stade Barea Mahamasina. La finale est prévue pour le 2 septembre à 19 heures, dans le même stade.

Partager sur :

Fondateur et Rédacteur en chef de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 30 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans International