Suivez-nous sur
Rafiki Saïd, Rafiki Saïd a « envie de grandir » avant de rejoindre les Comores, Comoros Football 269 | Portail du football des Comores

Comorians abroad

Rafiki Saïd a « envie de grandir » avant de rejoindre les Comores

Né à Samba Mbodoni, aux Comores, Rafiki Saïd Ahamada s’est confié à Ouest-France que cette CAN 2021 en janvier « n’est pas le bon moment » pour rejoindre les Cœlacanthes.

Sociétaire du Stade Brestois, Rafiki Saïd fait partie des joueurs courtisés par le staff technique des Cœlacanthes. Avec huit rencontres à son actif en ce début de saison dont sept en Ligue 1, le jeune attaquant de 21 ans était pressenti pour prendre part à la CAN 2021.

Mais à l’officialisation ce jeudi de la liste des Comores, son nom n’y figure pas. « Une question de choix, répond Saïd. Je suis en contact avec eux. On parle de ça, partir à la CAN… Mais, je pense que ce n’est pas le bon moment pour moi. » Il estime qu’il ne s’est pas encore imposé en club pour partir un mois en pleine saison loin du stade Francis Le Blé.

Contrairement à des joueurs comme Zaydou Youssouf, l’équipe nationale reste un objectif pour Rafiki Saïd. « Ma famille est pure comorienne, moi je suis né là-bas aussi. Je sens qu’ils sont derrière moi, je sens qu’ils me poussent. Ils veulent que j’aille jouer pour mon pays […] Je suis à Brest et je ne me suis pas encore imposé, donc partir un mois pour aller à la CAN, c’est prendre un peu de risque. J’ai envie de grandir avant d’aller aux Comores. Mais je suis très fier que les Comores soient derrière moi et qu’ils observent le travail que je fais. »

Partager sur :

Fondateur et Rédacteur en chef de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Comorians abroad