Suivez-nous sur
Amir Abdou, Amir Abdou nommé entraîneur du FC Nouadhibou (Mauritanie)

Cœlacanthes

Amir Abdou nommé entraîneur du FC Nouadhibou (Mauritanie)

Sélectionneur des Comores depuis 2014, Amir Abdou (48 ans) s’offre un nouveau challenge à deux journées de la fin des éliminatoires de la CAN 2022. Le franco-comorien cumulera ses fonctions de sélectionneur des Cœlacanthes et d’entraîneur du FC Nouadhibou, champion en titre de Mauritanie.

Trois jours après la signature de Faouz Faidine et Ibroihim Youssouf au FC Nouadhibou, c’est au tour d’un autre comorien d’intégrer ce même club. Ce ne sera pas cette fois en tant que joueur mais en tant qu’entraîneur. Le club co-fondé par Ahmed Ould Yahya (président du FFRIM) vient d’annoncer la nomination d’Amir Abdou en tant qu’entraîneur. Le Comorien a paraphé ce samedi un contrat de deux ans avec le champion mauritanien. Il aura comme objectif premier de qualifier l’équipe en phase de groupe de la CAF Champions League 2021. Amir Abdou sera secondé par le franco-tunisien Wissem Maaref.

Avant de prendre la direction de la Mauritanie, Amir Abdou a en bonne intelligence eu l’approbation de la FFC. Il va cumuler en même temps ses fonctions de sélectionneur des Comores et de coach du FC Nouadhibou. Sa première aventure avec un club sur le continent. Une aventure qui pourrait aussi l’ouvrir une voie sur le marché continental. Ses seules expériences en tant qu’entraîneur d’un club ont été avec Boé-Bon-Encontre, SU Agen (2010-2012) et l’Entente Golfech-Saint-Paul d’Espis (2012-2014) en Division Honneur (France).

Nommé sélectionneur des Comores en janvier 2014, il a dirigé jusqu’à présent au total 39 rencontres avec les Cœlacanthes. Il a pris part à deux campagnes d’éliminatoires de Coupe du Monde et est à sa quatrième aventure en éliminatoires de Coupe d’Afrique des Nations.

Partager sur :

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Cœlacanthes