Suivez-nous sur

COSAFA

Ibouniyamine : « Mon objectif est d’intégrer l’équipe première »

Élu homme du match de la rencontre Comores – Maurice, Ibouniyamine Soulaimana (20 ans) a été auteur d’un but et une passe décisive. Il s’agit du premier but en équipe national pour ce jeune qui compte à peine 5 sélections. En compagnie du défenseur Salim Ali (23 ans), ils nous livrent tous les deux leurs impressions concernant la Cosafa Cup 2019.

« Le coach et les coéquipiers me font confiance » – Ibouniyamine Soulaimana

Vous marquez mercredi dernier le deuxième des Cœlacanthes qui qualifie les Comores en quarts de finale. Qu’avez-vous ressenti à la fin du match et comment tu vis cette aventure ?

La joie du jeune buteur des Cœlacanthes, Ibouniyamine Soulaimana (20 ans) après son but face à Maurice – Cosafa Cup 2019

Ibouniyamine Soulaimana (IS) : On avait tous à cœur de remporter ce match. Personnellement je voulais à tout prix aider l’équipe à faire un bon résultat. Et aussi saisir l’opportunité qui m’est donné par le coach d’évoluer dans ce groupe. Dieu merci, la chance nous a souri. Et j’étais très content de marquer ce but. On avait travaillé très dur pour cette compétition et en particulier ce match qui était d’une importance capitale. Mais pour moi, le match le plus difficile était celui face à eSwatini. Le groupe vit bien et il y a une bonne cohésion entre nous. Le coach et les coéquipiers me font confiance. C’est important pour moi de me sentir alaise et bien entouré. On veut aller plus loin dans la compétition. Et gagner contre le Zimbabwe est plus qu’une nécessité.

Vous compter déjà 5 sélections avec les Cœlacanthes et encore étant jeune, comment imaginez-vous votre futur que ça soit en équipe nationale ou en club ?

IS : J’aimerai bien m’imposer dans la durée dans ce groupe. Prouver mes qualités et être appelé à chaque rassemblement. Mon objectif est d’intégrer l’équipe première des Cœlacanthes avec les professionnels. Pour y arriver, il me faudra aussi être performant en club. Être appelé en équipe nationale dépend surtout de ce qu’individuellement tu apportes à ton club. Bien que le collectif et les titres sont importants aussi. Avec le FC Ouani, il nous ne reste malgré tout cette saison que la Coupe de la Ligue à aller chercher. Mais j’aimerai bien gagner plus de titres avec ce club. C’est ces deux objectifs qui me tiennent à cœur.

L’objectif des quarts de finale a été atteint et vous vous apprêter à affronter le Zimbabwe ce samedi, comment allez-vous maintenant aborder le reste de la compétition ?

Le jeune défenseur des Cœlacanthes Salim Ali face à Maurice au Cosafa Cup 2019

« On veut servir de repère aux générations futures » -Salim Ali

Salim Ali (SA) : Comme je l’avais dit il y a une semaine, notre objectif principal était de se qualifier en quarts de finale. Maintenant que cet objectif est atteint, on a pris confiance et un autre objectif a été fixé. Le Zimbabwe est certes le plus titrés et le tenant du titre mais nous auront aussi notre mot à dire. Nous allons aborder cette rencontre comme si c’était notre premier match dans la compétition. On va tout donner sur le terrain et faire mieux que dans la phase de groupe. Aller le plus loin possible, c’est tout ce que l’on souhaite. On veut écrire l’histoire et servir de repère aux générations futures.

Des Espoirs en 2013 en équipe A cette année avec la Cosafa Cup et en tant que titulaire pour vos débuts. Comment expliquez-vous ce passage et cette intégration si rapide dans le groupe ?

SA : Je dis souvent à mes proches que le travail paie. Il faut toujours se donner des ambitions et l’envie d’accomplir ses rêves. Mon arrivée en équipe A n’est pas le fruit du hasard. C’est juste que j’ai travaillé dur pour çà depuis bien longtemps. En 2017, je faisais partie de la pré-sélection pour les éliminatoires du CHAN 2018 et malheureusement j’ai dû renoncer pour cause de blessure. Mais j’avais toujours en tête qu’un jour j’intégrerai ce groupe. Que rien n’est encore perdu. Je me suis donc mis travailler très dur pour revenir au meilleur de ma forme. Ce qui me réconforte le plus avec l’équipe A est que non seulement je fais partie du groupe mais aussi j’ai réussi à m’imposer en tant que titulaire. Qu’au moment où les Comores entraient dans l’histoire de la Cosafa Cup, j’y était et j’ai mouillé le maillot. Et je ne compte pas m’arrêter de si bon chemin. Il y a des compétitions prochainement qu’il faudra aussi se donner à fond.

Propos recueillis par Boina Houssamdine

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui m'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, je demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Actualités

Plus dans COSAFA