Suivez-nous sur

Amicaux

Amical Comores / Madagascar : les Cœlacanthes à la hauteur du Derby

Dans un stade de Saint-Leu-la Foret plein à craquer a lieu le derby de l’Océan Indien le plus attendu entre les Comores et Madagascar. Entre voisins, les deux meilleures formations de l’Océan Indien ont livré une rencontre de haute intensité et aussi fraternel à la hauteur de l’événement.

A l’entame du jeu, ce sont les Malgaches qui se sont montrés les plus dangereux avec l’ouverture du score dès la 6è minute du jeu d’une tête de Pascal Razakanantenaina sur un corner de Carolus Andriamahitsinoro. Une première période dont les coéquipiers de Paulin Voavy ont enchaîné vitesse et percutions mais sans pourtant inquiéter le bloc défensif des Comores. Les Comoriens n’ont eu recours que de procédé à des contres attaques à travers Mohamed Youssouf ou Bendjaloud Youssouf.

Les Cœlacanthes des Comores le 11 novembre 2017 à Saint-Leu-la-Foret – © Christophe Berche

Mais les Cœlacanthes la fraîcheur de Faiz Sélemani qui fêtait sa première sélection et de la technique de Fouad Bachirou dans l’axe pour reprendre le contrôle du jeu dès le début de la seconde période. Poussé par un public chaud bouillant, les Comores ont remis la pendule à l’heure à la 53è minute sur un débordement de Faiz Selemani dans le flanc droit qui a trouvé Youssouf M’Changama qui fait passer le ballon dans l’entre jambe de Melvin Adrien.


Les deux équipes se sont neutralisées dans une rencontre qui entre pour les deux partie une préparation pour la suite des éliminatoires de la CAN 2019 qui vont reprendre dès mars 2018.

Composition des Comores :

Ahamada (GK) – Alhadhur, Abdallah, Soilihi, B. Yousssouf – Abdou (C), M’Changama, Selemani, Bachirou, M. Youssouf (78è Chamed) – Bakar (87è Mogni).
Sur le banc : Ali Mohamed, Mze Ali, Youssoufa, Mogni, Faouz, Chamed, Assana, Hassani (G), S. Bakari, Imamo.

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui m'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, je demeure au moins un Makua de culture Swahili.

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Cosafa Cup 2018 / Cœlacanthes : Barea, encore un autre Derby !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 26 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Actualités

Plus dans Amicaux