Suivez-nous sur

Cœlacanthes

Saïd Athouman : « un avenant de 3 mois a été proposé à Amir Abdou »

Saïd Athouman : « un avenant de 3 mois a été proposé à Amir Abdou »

Quatre jours après la fin du contrat du sélectionneur Amir Abdou, le président de la FFC est revenu sur cette affaire qui secoue le football comorien pour dissiper les malentendus.

En conférence de presse mardi, Saïd Ali Saïd Athouman a assuré que les négociations avec les sélectionneurs n’ont pas été rompu. Le président de la fédération a tenu à clarifier cette situation délicate qui laisse les Cœlacanthes pour le moment techniquement sans sélectionneur.

« Nous ne sommes pas ingrats »

Lire l’article : Les Comores n’ont plus techniquement de sélectionneur

En étalant les difficultés financières qu’il a hérité depuis son arrivée à la tête de la FFC, Saïd Ali Saïd Athouman qu’il n’y a pas de fond spécifique ni aide de la FIFA destiné au sélectionneur. « Nos portes sont ouvertes, vous pouvez avoir tous les détails de nos finances ». Une situation qui met la fédération dans l’incapacité à honorer seul ses engagements envers le sélectionneur.

Saïd Ali Saïd Athouman, président de la Fédération de Football des Comores (FFC)

« On n’a pas suffisamment de moyens pour assurer le salaire d’Amir Abdou. Ce contrat été fait bien avant ma prise de fonction. J’ai constaté que le salaire n’était même pas payé à son intégralité. Il fallait assumer toutes ses charges et régulariser sa situation ». Il mentionnera par la suite qu’il a hérité d’une dette de près de 140 000 euros à la fédération.

Et après les progrès effectués par Amir Abdou au sein de l’équipe nationale, ne méritent-il pas une meilleure situation ? Saïd Athouman assure qu’il n’y a pas pour le moment de plan B. « Le football est devenu la vitrine de notre pays. Il véhicule une bonne image des Comores dans le monde. Il faut bien le reconnaître qu’il a fait un énorme travail. Tous les indicateurs sont là pour le prouver. Nous ne sommes pas ingrats contrairement à ce que disent certains ».

Un avenant dans le contrat a été proposé

Avec cette volonté de la FFC, l’aventure d’Amir Abdou avec les Cœlacanthes pourrait donc se poursuivre. Saïd Ali Saïd Athouman a souligné que les négociations sont encore en cours. Comme on l’a mentionné dans notre précédent article, l’Etat va jouer un rôle important dans la recherche d’un accord commun. « J’ai eu à rencontrer le sélectionneur Amir Abdou ainsi que le Manager Ben Amir Saadi ».

Une rencontre dans laquelle Amir Abdou a proposé un nouveau contrat de 2 ans (jusqu’en décembre 2020) avec des primes d’objectifs tels en cas de qualification à la CAN ou à la Coupe du Monde. Une demande logique pour Saïd Athouman mais au-delà des capacités de la fédération. « J’ai ainsi proposé un avenant dans le contrat pour le prolonger jusqu’au match contre le Cameroun en mars. Ceci afin de trouver dans cette période un issu à ses nouvelles propositions ». Un avenant de 3 mois en attendant une réaction du gouvernement puisque la FFC a demandé à être assisté par l’Etat pour pouvoir donner une réponse favorable.

Ben Amir Saadi, manager de l’Equipe Nationale des Comores

Mais les négociations ne sont pas déroulées comme le souhait la fédération. « Nous nous étions mis d’accord ce jour-là sur ce point. Mais lendemain Ben Amir m’appelle et m’informe que le coach n’est plus d’accord à ce qu’on s’était convenu » assure Saïd Athouman sans donner les raisons.

« S’il y avait eu de réponse on n’en serait pas là aujourd’hui »

Une information confirmée quelques heures plus tard par le manager Ben Amir Saadi. « Le coach m’a effectivement appelé pour m’exposer les raisons sur lesquelles il ne peut pas accepter l’avenant qu’il soit d’un ou trois mois. Il expliqué qu’il a des responsabilités et qu’il veut préparer pleinement les échéances avenir avec la plus grande quiétude possible ». Mais cette option d’avenant n’est pas d’aujourd’hui rappelle le manager des Cœlacanthes. « C’est Amir Abdou lui-même qui avait demandé (en 2017 ndrl) à décaler le contrat jusqu’en mars quand le calendrier des éliminatoires avait été modifié par la CAF ».

En effet, avant le Mondial 2018, la CAF avait décaler les rencontres afin de permettre aux représentants africains de mieux se préparer pour la Russie. Ainsi le dernier match des Comores dans les éliminatoires a été décalé de novembre 2018 et à mars 2019. Mais cette demande d’avenant d’Amir Abdou n’a pas eu de suite de la part de la FFC selon Ben Amir Saadi. « S’il y avait eu de réponse on n’en serait pas là aujourd’hui ». Ce que l’on retient est que jusqu’à présent les deux parties sont toutes d’accord pour poursuivre l’aventure. Reste à savoir sur quelles bases et dans combien de temps une solution sera trouvée. Entre les prérogatives de l’un et les limites financières de l’autre.

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui m'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'Igwadu, je demeure tout au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire




Actualités




Plus dans Cœlacanthes