Suivez-nous sur

JIOI

JIOI 2023 : le dossier des Comores n’a pas convaincu le CIJ

JIOI 2023 : le dossier des Comores n’a pas convaincu le CIJ

Réuni du 18 et 19 février dernier à Port-Louis (Maurice), le Conseil International des Jeux (CIJ) n’a pas désigné le pays hôte des JIOI 2023. Candidats à l’organisation, les Comores à travers sa délégation, n’ont pas pu convaincre leurs homologues de l’Océan Indien.

C’est un énième revers que va devoir digérer le Cosic (Comité Olympique et Sportif des îles Comores). D’une délégation de cinq personnes dont la ministre des Sports, Ladaenti Houmadi, le Cosic avez rendez-vous avec le CIJ. Candidats pour l’organisation des 11è Jeux des îles de l’Océan Indien (JIOI), les Comores devront encore patienter pour l’organisation.

Le CIJ veut visiter les sites avant de prendre une décision

Comme nous l’avons révélé début janvier, le dossier des Comores pour les JIOI 2023 n’est pas encore assez solide. Dans le projet « Comores 2023 », il n’y a rien de concret si ce n’est le Stade Omnisports de Malouzini. Le tiers des installations requises n’est pas encore disponible. Et les garanties quant aux projets d’un gymnase, d’une piscine olympique et d’un village de jeu ne sont pas encore solides. Des remarques que le CIJ n’est pas passé par quatre chemins pour expliquer à la délégation comorienne après leur présentation.

La réunion du Conseil International des Jeux (CIJ) du 18 et 19 février 2019 à Port-Louis (Maurice)

Normalement, à l’issu de la réunion un hôte devait être choisi entre les Comores et Maldives, l’autre candidat à l’organisation. Mais le conseil a suggéré de procéder à des visites dans les deux pays avant une prise de décision en juillet. Mécontent, Ibrahim Ben Ali s’est emporté accusant les membres du CIJ d’un rejet systématique des Comores. « Si je me base sur la manière de faire des membres du CIJ, je ne peux que penser que les Comores ne sont pas prises au sérieux. On est presque en train de nous dire : vous êtes de trop, partez !» d’après des propos relayés par l’Express Maurice.

Le président du Cosic est allé jusqu’à semer le doute quant à la participation des Comores aux JIOI 2019. « Nous verrons si nous pourrons être de la fête en juillet », précisant jusqu’à présent que Maurice n’a réalisé que 50 % des travaux qu’elle devrait accomplir pour les jeux de cette année. Et pourtant « c’est passé comme une lettre à la poste ». Philippe Hao Thyn Voon ancien président du CIJ n’avait du tout pas apprécié le ” chantage ” d’Ibrahim Ben Ali. « Au sujet des infrastructures, il n’a fait que parler du stade que le gouvernement chinois vient de construire mais ne pipe mot sur la construction d’une piscine olympique et du Village des Jeux. »

Pas de participation srilankaise aux JIOI 2019

Un des membres fondateurs des JIOI en 1978, le Sri Lanka n’a jusqu’alors pris part à aucune édition des jeux. Début du mois, ce pays avait exprimé son souhait d’adhérer au CIJ et prendre part aux JIOI dès l’édition 2019. Mais attendu à Maurice, Assanga Chandana Seneviratne, vice-président du comité olympique srilankais ne s’est pas présenté à la réunion du CIJ. Ce qui entraîna mardi le refus par le conseil de l’adhésion et la participation du Sri Lanka aux JIOI 2019. Un souhait qui sera peut-être approuvé dans l’édition de 2023.

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui m'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, je demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire




Actualités




Plus dans JIOI