Suivez-nous sur

Interview

Fouad Bachirou : « Prouver qu’on a aussi des grands joueurs »

A quelques jours de la rencontre Comores – Cameroun à l’occasion de la 2è journée des éliminatoires de la CAN 2019, nous sommes partis à la rencontre des Cœlacanthes. Évoluant depuis début d’année à Malmö, le milieu de terrain Fouad Bachirou nous a accordé un entretien pour évoquer ses débuts en clubs et la prochaine affiche des Cœlacanthes.

Vous avez rejoint le champion de Suède en janvier en provenance d’Östersunds. Comment se sont passés vos débuts avec Malmö ?

Ce n’était pas aussi facile, il y avait beaucoup de nouveaux joueurs. On avait pourtant bien commencé avec la Coupe de Suède mais je me suis blessé dès le 3è match du championnat. J’étais revenu en finale de la Coupe, mais pas à la meilleure de ma forme. On l’a d’ailleurs perdu et on a enchaîné avec des mauvais résultats en championnat jusqu’en juin. Le coach a été viré, un nouveau a pris le relais et depuis on a fait 16 matchs sans défaite. On a remonté au classement à quelques points du 2è et on vient de décrocher il y a quelques jours la qualification à l’Europa League.

Vous étiez pourtant en lice pour la Champions League puis éliminé au 3è tour préliminaire. Comment avez-vous vécu cette aventure ?

C’était une grosse déception parce que l’on avait nos chances contre Mol Vidi. On menait 1-0 chez nous, et sur une erreur qu’on aurait pu éviter, ils ont égalisé. On n’a pas réussi à gagner chez eux et on fait 0-0. Au vu des deux matchs on sentait qu’on a dominé et qu’on était la meilleure équipe. Après, le but c’était de jouer l’Europe. On a été ensuite repêché pour jouer les barrages de l’Europa League. On savait qu’il fallait gagnai et se qualifier en phase de poules. Malmö a une grande histoire avec les compétitions européennes.

Retrouvez l’Europa League après une belle aventure saison dernière avec Östersunds, cela vous fait revivre des beaux souvenirs et un soulagement aussi…

C’était une super aventure que j’ai faite l’année dernière avec Östersunds. J’espère qu’elle sera encore aussi belle avec Malmö. C’est garce à telles des compétitions qu’on joue au football. J’apprécie énormément de jouer de jouer l’Europe. Notre objectif est déjà de passer le groupe. Il faut savoir fera face à des équipes qui ont une grande expérience des compétitions Européennes. Les favoris sont évidemment Genk et Besiktas. On prendra match par match et croire aussi à nos chances.

Vous êtes à présent un des cadres des Cœlacanthes et vous acquis beaucoup d’expérience. Comment allez-vous aborder le match contre le Cameroun dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2019 ?

Ce n’est que du bonus. Le Cameroun est une grande nation, vainqueur de la dernière CAN, c’est une chance pour nous d’être opposés à une telle équipe. Après tout ce qu’on a vécu avec la sélection, c’est le genre de match que tout le monde veut jouer. On hâte de disputer la rencontre et montrer au monde qu’on peut aussi faire quelques choses dans cette compétition.

Une très grosse affiche qui vous rappelle certainement une autre il y a trois ans de cela. Dans quel état d’esprit sera le groupe face au Cameroun et vos chances dans cette rencontre ?

La dernière fois c’était pour les qualifications de la Coupe du Monde, à la maison contre une grosse nation (Ghana), c’est exactement les mêmes conditions. On a appris beaucoup de choses et on espère que cette fois-ci on fera moins d’erreur. Quand le match commence c’est à pourcentage de chances égales, c’est comme ça que je vois le football. Je l’ai toujours vu dans cet angle. On ne part pas favoris, on le sait, mais nous on est fiers de nos couleurs. Ce qui compte est ce que l’on fera sur le terrain samedi. On doit prouver qu’on a aussi des grands joueurs et faire le plus grand match possible.

Propos recueillis par Boina Houssamdine

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui m'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, je demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Actualités

Plus dans Interview