Suivez-nous sur
Coupe des Comores

Coupe des Comores

Coupe des Comores : Volcan Club de Moroni, vainqueur de l’édition 2016

La finale de la Coupe des Comores 2016 s’est déroulée cet après-midi au Stade de Moroni entre Volcan Club et Fomboni Football Club.

Partager sur :

La finale de la Coupe des Comores 2016 s’est déroulée cet après-midi au Stade de Moroni entre Volcan Club et Fomboni Football Club. Une finale riche en émotions et d’un stade galvanisé par l’ambiance du public qui a bien répondu présent.

Une rencontre à haute intensité entre les deux meilleures formations du pays de ces deux dernières années et qui sont partagées tous les titres. Entre Volcan Club vainqueur de l’édition 2014 et Fomboni FC, tenant du titre. Très vite après le coup d’envoi chaque camp a enchaîné les offensives. L’ouverture de score n’a pas donc tardé à venir. A la 13è minute, Zouher Boina Bacar ouvre le score pour Fomboni FC sur une erreur défensive de Volcan Club. Mais la réaction des Moroniens n’a pas tardé. Cinq minutes plus tard, Ali Moindjié égalise à la 18è et redonne de l’équilibre dans le jeu.

Coupe des Comores

Phase Nationale : Said Ali en duel avec un joueur de Fomboni FC

Malgré quelques tentatives, le score n’a pas évolué à la pause et pareille situation durant seconde période jusqu’à la fin du temps réglementaire. A égalité c’est dans les tirs au buts que les deux équipes se sont départagées. Volcan Club assure ses tirs et s’est imposé 5-3 devant Fomboni FC tenant du titre. Les Moroniens remporte ainsi l’édition 2016 de la Coupe des Comores deux ans après son sacre en 2014.

FT : Volcan Club (D1) 1-1 (tab 5-3) Fomboni FC (D1)

Le club de la capitale représentera les Comores comme d’habitude à la prochaine Coupe de la CAF mais aussi à la Coupe de l’UAFA qui son retour dès le mois de septembre.

Partager sur :

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 + 5 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Coupe des Comores