Suivez-nous sur

Cœlacanthes

Comores – Cœlacanthes 2019 : un groupe en pleine reconstruction

A domicile le 18 novembre face à l’Egypte à Malouzini, les Cœlacanthes des Comores ont conclu une année 2019 mouvementée et pleine de rebondissements. Entre des résultats mitigés et un doute quasi constant, un nouvel élan s’annonce pour les Cœlacanthes après un début réussit aux éliminatoires de la CAN 2021. Des résultats et un jeu rassurant pour l’avenir mais qui rappelle tout de même le long périple du groupe en 2019.

Une année pleine de compétitions

Ce fut une année très riche en rencontres et pleine d’enseignements. En tout, les Comores ont pris part à 4 compétitions pour un total de 16 matchs disputés dont 2 rencontres amicales. Une année record en matière de rencontres pour les Cœlacanthes. Presque la moitié de ces rencontres sont pour l’équipe élite A avec 7 rencontres. Le bilan global en termes de résultats est plutôt mitigé. Sur les 16 rencontres, les Cœlacanthes ont enregistré 5 victoires, 4 matchs nuls pour 7 défaites. Soit un taux de 56 % de rencontres non perdues dans l’année. Un taux en baisse par rapport à celui de l’année dernière qui était de 62 %. Mais c’est surtout en termes d’objectifs que le bilan de l’année 2019 laisse quelques regrets.

Les Cœlacanthes des Comores le 18 novembre 2019 au Stade de Malouzini

Si chez les supporters et pour certains observateurs l’on retient que l’état d’esprit des trois dernières rencontres, l’année a été pourtant mouvementée. De l’organisation au jeux proposés tout n’a pas été rose. Tenant compte tout de même qu’il s’agit de deux groupes de Cœlacanthes distincts, les objectifs fixés n’ont pas été tous atteints. Un parcours plutôt satisfaisant à la Cosafa Cup 2019 et un début réussit aux éliminatoires de la CAN 2021 tels sont les seuls points positifs de l’année. La non-qualification à la CAN 2019 a laissé un gout amer que ce soit le résultat du 23 mars ou la procédure judiciaire au niveau du TAS. Tout comme les JIOI 2019, les éliminatoires du CHAN 2020 et le tour préliminaire des éliminatoires de la Coupe du Monde.

Un groupe de Cœlacanthes A à deux visages

Entre temps, un nouveau manager général a été nommé. Après cinq ans d’exercice, Ben Amir Saadi a démissionné de son poste le 8 juin 2019, au lendemain de la défaite des Comores en amical face à la Cote d’Ivoire. La FFC a dévoilé le nom de son successeur deux mois plus tard avec la nomination d’El Hadad Himidi le 31 juillet. Le nouveau manager a une très bonne connaissance du football africain. Il a passé sept ans aux côtés d’Aliou Cissé en tant que membre de l’organisation de l’équipe du Sénégal. Avec les Cœlacanthes, Himidi aura pour mission le Management, l’élaboration de la stratégie organisationnelle de la sélection, la gestion administrative et extra sportive.

El Hadad Himidi, manager général de l’Equipe Nationale des Comores

Un nouveau manager général mais toujours sans un véritable DTN. Aucun changement organisationnel significatif n’a eu lieu en 2019. Les Cœlacanthes dans la globalité présentent encore un groupe à deux visages. Que ce soit au niveau des résultats, fonctionnement ou le degré de considération. Entre ce qui est produit dans les stades et l’organisation hasardeuse en interne. Cela varie suivant avec l’étiquette donné au groupe. Pendant que toutes les attentions se portent sur l’équipe A élite, l’équipe A locale est laissée à l’abandon. Sans structure ni considération de la part de la fédération. Le manager général nouvellement nommé ne s’occupe par exemple que du groupe élite. Dans les rares compétitions auxquelles l’équipe locale participe, la différence de traitement vis à vis du groupe élite saute des yeux. Ce qui explique en partie par exemple des échecs aux JIOI 2019 et aux éliminatoires du CHAN 2020.

Récapitulatif de l’ensemble des matchs des Comores en 2019

Au-delà de ces aspects organisationnels, on retrouve aussi un facteur d’ordre technicotactique. Les locaux n’étaient pas les seuls à avoir déçus. Le groupe élite ne produisait non plus un jeu séduisant. L’année a été marquée par deux défaites de plus de 3 buts face au Cameroun et la Cote d’Ivoire. Un fait rarissime depuis 2014. La seule fois où les Comores ont encaissé trois buts fut le 29 mai 2018 face au Mozambique en Cosafa Cup. La mauvaise prestation des Cœlacanthes en septembre à Lomé a tiré la sonnette d’alarme. Un jeu et des résultats mitigés qu’il a fallu dresser un bilan du projet et plusieurs critiques de la part des supporters pour qu’enfin des changements s’opèrent début octobre. Un jeu limpide et des prises de décisions plus en plus cohérentes annoncent un nouvel élan chez les Cœlacanthes. De quoi rassurer les observateurs à des lendemains meilleurs. Et pourquoi pas viser une phase finale de CAN !

Le rêve est permis pour la CAN 2021

« Participer à la CAN 2021 est faisable » avait déclaré le sectionneur Amir Abdou en novembre 2018. Après avoir raté la qualification à la CAN 2019, les Comores ont les yeux rivés vers celle de 2021. A la différence des précédentes éditions, les Cœlacanthes ont bien débuté les qualifications. Avec une victoire face au Togo et un match face à l’Egypte, les Comores se retrouvent en tête du groupe G. Une première en six campagnes de qualification pour la CAN. Un début de campagne inattendu qui met en les protégés d’Amir Abdou en bonne position. « On veut se qualifier » affirme à La Provence Abdallah Ali Mohamed, jeune défenseur de l’Olympique de Marseille. « C’est la troisième fois [la 4è depuis 2014, ndrl] qu’on participe aux qualifications. On est ambitieux. La qualif’, c’était l’objectif avant les matches contre le Togo et l’Égypte ».

Mais pour espérer une probable qualification pour la phase finale, les Comores ont encore un long chemin à parcourir. A commencer par une double confrontation contre les Harambee Stars du Kenya. Une double confrontation « déterminant » pour les Cœlacanthes selon Amir Abdou. Des rencontres qui auront lieu plutôt que prévu. Initialement prévues en septembre, la 3è et 4è journée des éliminatoires sont avancées au mois de mars. Le changement de dates de la phase finale de la CAN 2021 de juin-juillet à janvier-février a bouleversé le programme des éliminatoires. Les Cœlacanthes se déplaceront à Nairobi avec de revoir les Harambee Stars quelques jours plus tard à Malouzini. Ils recevront le Togo en juin avant de disputer leur dernier match des éliminatoires en septembre contre l’Egypte au Caire.

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui m'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, je demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Title

Plus dans Cœlacanthes