Suivez-nous sur

Cœlacanthes

Cœlacanthes : Amir Abdou, poussé à la porte par la FFC ?

Cœlacanthes : Amir Abdou, poussé à la porte par la FFC ?

En fin de contrat ce mois de novembre, le sélectionneur Amir Abdou dirigera peut-être son dernier match avec les Cœlacanthes face au Malawi. Sans dialogue et avec une position ferme, la FFC semble vouloir s’en séparer de son technicien.

C’est à travers des déclarations interposées que se livrent le coach Amir Abdou et le président Saïd Ali Saïd Athouman. Tout a commencé par une interview du coach Amir Abdou après la rencontre entre les Comores et le Cameroun.

Le sélectionneur des Comores Amir Abdou

Interrogé sur son avenir par le Petit Bleu d’Agen, le technicien comorien n’a pas manqué d’évoquer sa situation. « J’attends désespérément que ma fédération veuille bien me signifier quelque chose » déclarait-il soulignant l’absence d’une proposition de renouvellement émanant de la fédération. « Une forme d’irrespect » ajoute-t-il après « avoir bâti un groupe compétitif ».

Lire l’article : Amir Abdou : « Je prends ça comme une forme d’irrespect »

Une sortie médiatique qui n’a pas été au goût de la FFC qui a réagi quelques jours plus tard au quotidien La Gazette des Comores. « Le dossier relatif à son renouvellement sera discuté par le Comité Exécutif » souligne le président Saïd Ali Saïd Athouman. Il précisera aussi qu’il n’y a « aucune obligation » à renouveler ce contrat. « Nous apprécierons la situation en fonction des résultats et surtout de nos moyens » ajoute-t-il. Ce dernier critère retient l’attention puisque le patron de la FFC évoquera plus tard le souhait de payer désormais le sélectionneur à la mission.

Le salaire d’Amir Abdou, trop cher pour la FFC ?

Jusqu’à présent aucun dialogue n’est établi entre les deux parties concernant leur avenir en commun. Pour Amir Abdou, son avenir en équipe nationale reste encore incertain vu la situation. « peut-être que je ne serai pas là dans deux mois » alertait déjà après le match retour en octobre face au Maroc. Mais pourquoi donc il n’y ait toujours pas de discussions entre les deux parties ?

Saïd Ali Saïd Athouman – Président de la Fédération de Football des Comores (FFC)

Ayant débuté en 2014 avec un paiement à la mission Amir Abdou est passé à un contrat stable depuis deux ans. Mais son salaire reste encore un fardeau pour la FFC à en croire Saïd Athouman. Le départ d’Amir Abdou est donc déjà acté ? « Rien n’est encore décidé. Une reconduction ou un changement dépendra de nos moyens. Je refuse de vivre au-dessus de nos possibilités ». Pour un salaire précaire mensuel de 3000 euros qu’aucun de ses confrères en contrat n’oserait accepter est donc la raison d’un possible non reconduction ?

Des raisons « économiques » avancent certains au moment où le programme juteux Forward de la FIFA va largement alléger les dépenses de la FFC. Que vaudra donc 36 000 euros par an pour une fédération dont ses autres activités bénéficieront dès 2019 jusqu’à 1 million de dollars d’aide FIFA chaque année ? En attendant un issu, une source fiable affirme que la fédération serait déjà à la recherche d’un nouveau sélectionneur. Qui sera payé évidemment…à la mission.

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui m'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'Igwadu, je demeure tout au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire




Actualités




Plus dans Cœlacanthes