Suivez-nous sur
Charaf

Espace Jeunes

Les CHARAF : un triplé pour l’avenir du football Comorien

Dans ce deuxième interview d’Espace jeunes, notre rubrique faisant de la jeunesse comorienne une priorité, on vous fait découvrir les frères CHARAF : Phayel, Phayik et Phayiz, un triplé de jeunes footballeurs plein de talents et d’espoirs.

Boina Houssmdine : Bonjour, pouvez-vous vous présenter brièvement ainsi que vos parcours footballistiques respectifs à nos lecteurs ?

Phayel : Bonjour Comoros Football 269 !
Je m’appelle Phayel CHARAF, je suis né le 03 Juillet 2000 à Moroni. J’habite à Dunkerque. Je suis en 1ère ES, quant au football, je l’ai commencé avec mes frères à l’âge de 8 ans à l’USLD (Dunkerque) où j’y ai joué pendant 5 saisons jusqu’en U14 où j’ai rejoint l’Olympique Grande-Synthe. J’y ai joué durant 2 saisons avec mes frères de U14 à U15. J’évolue actuellement depuis 2 saisons à L’USBCO (Boulogne) en U17 National.

Phayiz : Je m’appelle Phayiz Charaf, je suis né le 3 juillet 2000. Je suis actuellement en 1ère ES j’ai joué pour l’USL Dunkerque durant 5 ans, j’évolue désormais à l’Olympique Grande-Synthe, club de CFA2 au poste de milieu de terrain.

Phayik : Phayik Charaf, 16 ans. Je suis né le 3 juillet 2000 à Moroni je suis au lycée en 1ère Économique et Sociale. Pour ce qui est du football j’ai commencé à Dunkerque puis j’ai rejoint le club voisin de Grande-Synthe où j’y évolue depuis 4 ans maintenant au poste d’attaquant.

Charaf

Phayiz, Phayik et Phayel Charaf en Equipe Nationale des Comores U17 à Moroni le 6 août 2016

BH : vous avez donc tous fais vos débuts à Dunkerque, que représente cette ville ainsi que l’USLD club pour vous ?

Phayiz : Nous avons grandi à Dunkerque et nous y avons fait toutes nos classes depuis la maternelle, une grande partie de notre vie s’est construite ici. Pour ce qui est football, Dunkerque est le club qui nous a pré-formé et les classes de sport-études ont été bénéfiques pour nous.
A Phayik de poursuivre : « C’est la ville où nous vivons depuis petits, une ville qui a contribué à notre développement, et où une partie de notre famille vit. Pour ce qui est du club il nous a inculqués des principes de jeu et les valeurs du football, ce qui a été une expérience enrichissante ».

« Dunkerque, une ville qui a contribué à notre développement »

Charaf

Phayel Charaf en Eéquipe National U17 des Comores

BH : Vous êtes un triplé, pouvez-vous nous parler comment est votre quotidien dans la société ?

Phayik : Dans la société, le fait d’avoir deux frères à peu près identiques c’est assez particulier mais on s’est toujours servi de cette force pour avancer et je pense que ça nous aidera dans le futur. Mais dans la vie de tous les jours, vient toujours le problème de savoir qui est qui. On le prendra toujours avec le sourire … Sauf quand on fait des bêtises.
« Dans la société, on se connaît par cœur, on sait exactement ce que l’un de nous ferait s’il était dans une situation semblable à la nôtre, comme si nous étions reliés spirituellement ce qui est en soi assez difficile à décrire » rajoute Phayel.

BH : Vous avez évolué ensemble de Dunkerque à Grand -Synthe, comment sont vos relations maintenant depuis le transfert de Phayel à Boulogne ?

Phayik : Au début on appréhendait un peu ce départ parce que nous n’avions jamais été séparé auparavant mais cela n’a pas dégradé nos relations pour autant nous sommes toujours aussi proches.
Et pour Phayiz de poursuivre : « D’un point de vu sportif, cela nous pousse à travailler et à fournir d’avantages d’efforts pour progresser ».

« La distance n’a pas dégradé nos relations »

BH : Comment sont vos quotidiens dans vos clubs respectifs et vos objectifs pour la saison ?

Phayel : On s’entraîne tous les jours, sauf en cas de victoire où nous nous reposons le Lundi. Pour ce qui est de mes objectifs pour la fin de saison j’espère qu’on atteindra l’objectif principal qui est le maintien en 17 Nationaux.
Pour Phayiz et Phayik qui évoluent ensemble au OGS : « On a un bon rythme d’entraînement en club, pour la saison l’objectif est de monter en division supérieur ».

BH : Vos modèles respectifs dans vos postes et vos clubs de rêves ?

Phayel : J’aime la manière de jouer de plusieurs attaquants mais cela ne fait pas forcément d’eux des modèles pour moi, je n’essaie pas de jouer comme quelqu’un que je ne suis pas, simplement de rester moi-même mais peut-être que ça changera avec le temps. Le club de rêve serait pour moi celui qui me fera le plus progresser et qui me lancera dans le monde professionnel si Dieu le veut.

Phayik : Mon rêve serait de devenir professionnel donc le club de rêve permettrait de le réaliser. Je n’ai pas vraiment de modèle, il y a certains joueurs dont j’apprécie le style mais je n’essaie pas vraiment de leur ressembler.

Phayiz : J’aime les joueurs simples et efficaces qui donnent de la vie au jeu. Je n’ai pas vraiment de club de rêve mais de mon point de vu, un club qui me lancerait dans le monde professionnel en serait un.

BH : Quels sont vos points forts ou points faible dans le jeu ?

Phayiz : Je suis un joueur qui aime se donner à fond et faire les efforts pour ses coéquipiers sur le terrain. Je dois prendre en maturité dans le jeu car c’est ce qui me fait le plus défaut.

Phayel : Je suis un joueur de ballon et je veux toujours me donner à fond pour rendre fier mes semblables et mes proches. Je dois progresser défensivement et dans les apports offensifs.

Phayik : Je donne le maximum pour l’équipe avec mes armes qui sont principalement la vitesse et la technique mais j’ai besoin de travailler sur le point de vue athlétique pour améliorer mon arsenal.

BH : Et ce qui vous différencie des autres suivant ce que vous apportez dans le jeu ?

Phayiz : Je pense que rien ne me différencie d’autres joueurs, j’essaie d’être performant à chaque match afin d’apporter à l’équipe ce que je peux apporter comme le font mes coéquipiers.

Phayik : J’essaye de rester simple dans ce que je fais en général.

Phayel : Pour l’instant je ne pense pas vraiment me démarquer fortement des autres joueurs, j’espère progresser davantage pour y arriver et atteindre mes objectifs si Dieu le veut.

« Sélection, une expérience enrichissante qu’on souhaite à tous les footballeurs »

Charaf

Les Cœlacanthes U17 le 20 aout 2016 à l’Estadio Da Machava de Maputo

BH : Vous êtes aussi internationaux avec les U17 des Comores en 2016, pouvez-vous nous parler de cet expérience ?

Phayel : C’était inoubliable aussi bien sur le plan humain que sportif, elle m’a permis de voyager, de faire des rencontres inoubliables. Grâce à ça, j’ai pu découvrir la culture footballistique Africaine. C’est une chose que je souhaite vraiment à tous les footballeurs.

Phayiz : C’est une expérience bénéfique car elle nous a permis d’avoir un point de vu interne sur le football comorien et africain.

Phayik : C’était une expérience enrichissante humainement et footballistiquement car on a découvert le pays mais aussi une autre culture du football et voir tout le pays derrière nous c’est un sentiment incroyable.

BH : Comment est venu l’idée d’évoluer avec les Comores dès les équipes jeunes et comme s’est fait votre intégration ?

Phayel : Nous avons été conviés et avons fait les démarches nécessaires. L’intégration fut excellente, j’avais un peu peur au début de ne pas être au niveau, mais grâce à Dieu j’ai été très bien intégré et avec la confiance des coéquipiers et du staff j’ai vite été en confiance sur le terrain pour donner le meilleur de moi-même et défendre le pays.

Phayik : C’est quelque chose qui peut permettre de développer le pays et c’est un plaisir d’y participer et l’intégration s’est bien faite comme tout le monde je pense, on avait une bonne cohésion.

Phayiz : J’ai eu la chance de pouvoir découvrir le football africain et l’engouement à l’égard des compétitions internationales en jeunes, l’intégration s’est faite très rapidement.

BH : Qu’est-ce qui a changé en vous avec le statut d’international ?

Phayiz : Pour moi rien n’a changé, je donne le maximum en club pour m’améliorer et pour progresser davantage.

Phayik : c’est plutôt un honneur pour moi et je n’ai pas vraiment changé, je veux juste progresser pour un jour peut-être jouer avec les plus grands, ça apporte une motivation supplémentaire.

Phayel : nous avons maintenant l’expérience d’un match devant des milliers de spectateurs et également l’expérience de matchs internationaux ce qui est bénéfique, nous jouons avec moins de pression.

BH : Ouverture du score face au Mozambique au match retour et premier but en équipe nationale, qu’aviez-vous ressenti après cela Phayiz ?

Phayiz : Beaucoup d’émotions et de la fierté, c’est toujours un honneur d’inscrire son premier but sous les couleurs de son pays.

« Représenter les Comores est un honneur »  

Charaf

Phayik Charaf en Eéquipe National U17 des Comores

BH : Comment l’ont-ils appris vos coéquipiers en club ?

Les Charaf : « On a informé certains avant notre départ, d’autres l’ont appris d’eux même et la plupart l’ont appris via les réseaux sociaux. »

BH : Que diriez-vous à d’autres jeunes joueurs comme vous, d’origine comorienne qui évoluent en France concernant les Comores ?

Phayiz : Les Comores peuvent se développer et être reconnu à l’aide du football si vous pouvez contribuer à son développement, n’hésitez pas.

Phayik : De ne pas se ménager et de travailler parce qu’eux aussi pourraient être à notre place un jour et il faudra honorer le drapeau du mieux possible.

Phayel : J’espère que Dieu leur donnera la chance de jouer pour les Comores, ils se souviendront longtemps de cette expérience.

BH : L’aventure à la CAN s’est terminée au 3è et dernier tour qualificatif face à l’Angola, quels sentiments aviez-vous après avoir passé à côté d’une qualification en phase finale de CAN ?

Phayik : Des regrets, de la déception mais c’était une première pour une sélection jeune aux Comores et je pense qu’on fera mieux et on apprendra de nos erreurs c’est comme ça que la fédération évoluera.

Phayiz : J’étais déçu et triste, certes, mais nous avons fait un beau parcours, nous sommes sortis de cette compétition la tête haute.

Phayel : beaucoup de regrets mais c’était écrit, Dieu l’a décidé ainsi, on ne peut qu’accepter et travailler plus pour pouvoir être prêt et saisir la prochaine opportunité s’il y en a une inchallah.

« Les Comores peuvent se développer et être reconnu grâce au du football »

Charaf

Phayiz Charaf en Eéquipe National U17 des Comores

BH : Quel sont vos joueurs préférés respectif parmi vos coéquipiers en sélection nationale U17 ?

Phayiz : Je m’entends parfaitement avec tous les joueurs de la sélection, les locaux comme les expatriés, je n’ai pas de préférences particulières.

Phayel : Said Andjilane et Mohamed Youssouf, ce sont les joueurs qui m’ont le plus marqué.

Phayik : Je n’ai pas de joueur préféré personnellement mais Andjilane m’a vraiment surpris il a un énorme potentiel qu’il ne faudrait pas gâcher.

BH : Vous avez évolué en équipe nationale avec Nadjim Soudjay que vous connaissez bien, comment le décrivez-vous ?

Les Charaf : C’est un bon camarade sur et en dehors du terrain. On s’est connu à notre arrivée à Grande-Synthe, il y jouait déjà depuis quelques années et on avait eu l’occasion de se rencontrer pendant les confrontations entre nos clubs. On s’est toute suit rapprocher de Nadjim de par nos origines communes et depuis la sélection cet été nos familles sont très proches.

BH : Vous arrive-t-il parfois de suivre les matchs de l’équipe nationale A ?

Phayik : Oui j’ai suivi les matchs amicaux mais j’espère voir un jour les cœlacanthes en coupe d’Afrique et c’est un rêve d’y contribuer.

Phayiz : Oui, je suis souvent les matchs de l’équipe nationale A.

Phayel : je suis les résultats de l’équipe première et j’espère que si Dieu le veut on participera bientôt à notre première CAN.

BH : Comment décrivez-vous Comoros Football 269 et la rubrique Espace jeunes ?

Les Charaf : C’est une page qui depuis peu permet un développement du football comorien à travers les réseaux sociaux elle permet de faire connaître notre nation. C’est intéressant car cela permet de faire découvrir les jeunes joueurs c’est un bon projet

BH : Un message à nos lecteurs et à vos fans ?

Les Charaf : Continuez à suivre la page. Il y a encore de belles surprises qui vous attendent !

BH : Nous vous souhaitons du courage et bonne continuation !

Les Charaf : Merci à vous aussi !

Partager sur :

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 29 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Espace Jeunes