Suivez-nous sur
Alhadhur, Chaker Alhadhur : « On peut ressortir très fiers de cette CAN », Comoros Football 269 | Portail du football des Comores

CAN

Chaker Alhadhur : « On peut ressortir très fiers de cette CAN »

Un des héros comoriens du huitième de finale contre le Cameroun, Chaker Alhadhur est revenu sur la folle soirée où il s’est retrouvé dans les cages des Comores. Un moment inédit qui a marqué les esprits de millions de téléspectateurs.

Privées par la CAF de gardien de but de métier face au pays hôte, les Comores ont eu recours lundi à gardien de but de circonstance. Dans les buts avec un maillot floqué numéro 16 avec en dessus un numéro 3 en scotch bleu, Chaker Alhadhur s’est transformé en gardien de but le temps d’un soir.

« Je vous annonce que je prends ma retraite de gardien de but », a lancé avec humour l’arrière droit de métier après la rencontre. Tout sourire tout au long de la rencontre, il réalise quand même 4 arrêts sur 6 tirs cadrés subis, du haut de ses 1m72, face au Cameroun de Vincent Aboubakar et Choupo-Moting. Une prestation qui lui a value les félicitations de toute la planète football. Et particulièrement de légendes comme Didier Drogba.

L’origine du maillot mythique « 16 – 3 »

Alhadhur, Chaker Alhadhur : « On peut ressortir très fiers de cette CAN », Comoros Football 269 | Portail du football des Comores
Le maillot mythique « 16 – 3 » de Chaker Alhadhur face au Cameroun

Pourtant, jusqu’à une heure de la rencontre, Alhadhur ne s’imaginait toujours pas dans les cages. « Quand on arrive au stade, tous les maillots sont installés. Moi, j’ai le mien avec le numéro 3, c’est mon maillot de joueur de champ. Ça me rassure. En plus, Ali Ahamada arrive au stade en même temps que nous, il a ses affaires. On pensait vraiment jusqu’au bout qu’Ali allait jouer et que la CAF allait faire le nécessaire » raconte le natif de Nantes dans les colonnes d’Ouest-France.

Il apprendra au retour de l’échauffement que malgré un test négatif, Ali Ahamada est toujours jugé inéligible pour la rencontre. « Du coup, là, c’était vraiment sûr ». L’intendant lui file alors un maillot bleu pour gardien, floqué de son nom et un numéro 16. Mais une fois dans le couloir, « un officiel me voit avec le numéro 16, il me dit que ce n’était pas possible, je dois avoir le 3. Du coup, obligé de mettre du scotch bleu, c’est là qu’est apparu ce maillot mythique. »

Il a été choisi pour son apport défensif

Le choix porté sur sa personne n’était pas non plus une surprise. Dès samedi soir, l’entraîneur des gardiens Jean-Daniel Padovani et le sélectionneur adjoint Younes Zerdouk lui ont parlé de cette éventualité. « On a donc réuni le staff et les joueurs valides, en demandant qui se sentait prêt à être gardien. Deux joueurs se sont démarqués. J’ai eu un premier échange avec chacun, en leur disant bien qu’il fallait ne pas craindre d’avoir honte, ou que ça soit un peu ridicule », raconte Padovani.

« Ils m’ont désigné déjà parce que je n’allais pas être titulaire sur le terrain, ils voulaient un remplaçant, a expliqué le héros d’Olembé. Et il y avait beaucoup de jeunesse chez les remplaçants, moi j’étais l’un des plus expérimentés. Et le plan était de se servir de moi comme un libéro. Ils ne m’ont pas choisi pour mes qualités de gardien en tout cas ». Il faut dire que le plan du staff des Cœlacanthes a bien fonctionné.

Alhadhur, Chaker Alhadhur : « On peut ressortir très fiers de cette CAN », Comoros Football 269 | Portail du football des Comores
Chaker Alhadhur, gardien de but de circonstance des Comores à la CAN 2021 le temps d’un soir

Alhadhur ne retient que du positif

Son coéquipier Fouad Bachirou est admiratif de son courage et son dévouement. « C’est beau ce qu’il a fait. C’est très beau. Se dévouer pour la nation, dans un rôle qu’il n’avait jamais tenu avant, c’est admirable. C’est la force de notre groupe. Il n’y a pas d’ego, on est tous prêts à se sacrifier ». Malgré la fin de l’aventure en huitièmes de finale, Alhadhur ne retient que du positif dans cette CAN 2021.

« On savait que ça allait être compliqué. Je ne sais même pas si ce genre d’évènement a déjà existé dans l’Histoire du football. Mais franchement, je ne vais retenir que du positif. On peut sortir de cette compétition dignement avec la tête haute. On n’a pas démérité et on peut vraiment ressortir très fiers de cette compétition. »

Partager sur :

Fondateur et Rédacteur en chef de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans CAN