Suivez-nous sur
Ali Mmadi, Ali Mmadi : « Toutes les générations sont là pour nous encourager »

CAN

Ali Mmadi : « Toutes les générations sont là pour nous encourager »

L’exploit des Comores face au Kenya durant la trêve internationale rapproche les Cœlacanthes d’une qualification historique à la CAN 2022. A égalité de points avec l’Egypte dans le groupe G, les hommes d’Amir Abdou ne sont qu’à un point du Yaoundé. Attaquant de Tours FC, Ali Mmadi est revenu sur la progression des Cœlacanthes et l’engouement autour de cette équipe.

Avec la sélection comorienne, c’est dix années et 26 sélections pour Ali Mmadi. Des années mouvementées avec parfois des moments de joies en termes de résultats. Pourtant, l’attaquant trentenaire a été fortement marqué par le pas de géant effectué dans la double confrontation contre le Kenya. « C’est exceptionnel de vivre ça ! Je n’ai pas de mot pour décrire l’engouement autour de notre équipe aux Comores. Il faudrait en inventer un ! » s’est-il confié dans les colonnes de La Nouvelle République. Habitué des grands bains de foule à chaque trêve internationale au pays, Ali Mmadi reste toujours impressionné par la ferveur des Comoriens. « C’est de la folie ! lance-t-il, quand on arrive, le pays s’arrête de tourner pendant une semaine. Toutes les générations sont là pour nous encourager ».

Cette effervescence s’explique aussi par la progression de l’équipe nationale. Les derniers résultats des Cœlacanthes en compétitions africaines rassurent ses supporters. L’équipe se fait un nom en crescendo dans la scène continentale. Au stade d’être cette fois à un point d’une qualification historique à la CAN 2022. « Lors des trois derniers éliminatoires, on a d’abord fini avec trois points, puis cinq et, là, on est premiers avec huit, en compagnie de l’Égypte » poursuit Ali Mmadi. On arrive à maturité, avec des joueurs d’expérience, qui évoluent tous au moins en National en France ou dans des championnats professionnels à l’étranger ». Un groupe aussi soudé dont les joueurs se sentent tous concernés.

« On pourrait fêter la victoire avec nos supporters »

Ali Mmadi, Ali Mmadi : « Toutes les générations sont là pour nous encourager »
Le jeune Housseine Zakouani lors de sa première sélection avec l’équipe nationale des Comores

Sur le banc, le jeune Housseine Zakouani a vécu cette double confrontation avec la même intensité. La victoire à Moroni lui a beaucoup marqué. « J’étais mort, vidé. Ce n’était pas un match comme un autre. Tu joues pour le pays, tu fais la fierté de ta famille, la pression est forte » s’est confié à son club d’Aubagne FC. Appelé à la dernière minute pour remplacer des joueurs blessés, Zakouani se tenait déjà prêt pour une telle éventualité. Il faisait partie des joueurs réservistes pré-convoqués pour paliers aux forfaits. « Djamal Mohamed, qui fait partie du staff m’avait prévenu qu’il comptait sur moi, qu’en cas de blessure ou de Covid, je serais un des premiers appelés. J’étais prêt. Je me suis préparé pour et quand j’ai reçu l’appel, j’ai foncé ».

Le milieu offensif aubagnais, passé par l’OM, veut faire partie de ceux qui marqueront l’histoire du football comorien. Rappelé en octobre et comptabilisant pour l’instant 2 sélections avec les Verts, il veut s’inscrire dans la durée. Cela passe par les deux prochaines rencontres de mars prochain face au Togo et l’Egypte. Des rencontres cruciales à commencer par celle contre les Eperviers togolais. « Il nous manque un point pour assurer la qualification. On a deux matchs pour le faire. Si on bat le Togo à la maison, on y sera. On pourrait fêter la victoire avec nos supporters, on a vraiment tous envie de ça ». Une qualification serait aussi une manière d’honorer certains joueurs blessés, absents du dernier rassemblement. « On a perdu des joueurs importants dans l’équipe, Chaker Alhadhur s’est blessé, on le fait aussi pour eux. Ils se sont battus pour nous, il faut leur rendre ».

Partager sur :

Étudiant, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans CAN