Suivez-nous sur
CEN

Football Local

L’ancien CEN rattrapé par une passation de marché de plus de 72 millions

En début du mois, d’anciens membres de l’ancien Comité Exécutif National (CEN) ont été entendus par la Brigade judiciaire de la Gendarmerie Nationale à la suite d’une plainte déposée contre eux par des dirigeants de clubs. Ceci dans le cadre d’une affaire concernant une passation de marché valant une soixante-dizaine de millions de francs comoriens (Kmf). Une passation effectuée sans appel d’offre international au profit d’au moins une société mauricienne.

En août 2019, le sélectionneur des Cœlacanthes U20, Charkane Ali François, affirmait en pleine campagne électorale à Mutsamudu que la FFC s’est séparée de Maana Sport pour s’associer avec Puma. Une fausse information démentie rapidement par le président Saïd Ali Saïd Athouman dont il battait campagne. Mais pendant son intervention, Charkane fait mention de l’arrivée imminente d’un conteneur d’équipements destinés aux équipes nationales et aux clubs. S’il s’est trompé concernant l’équipementier, le technicien évoquait pour la première fois une affaire qui aller éclater huit mois plus tard et embarrasser l’ancien Comité Exécutif National (CEN) de la fédération.

Une soixante-dizaine de millions octroyés sans appel d’offres

En effet, depuis sept mois déjà, un conteneur et plus de 160 cartons de fret sont arrivés et bloqués respectivement au Port de Moroni et à l’Aéroport International Prince Saïd Ibrahim. N’ayant pas été dédouanés faute de moyens, ces équipements font aujourd’hui l’objet d’une procédure judiciaire. Non pas par leur stockage dans ses différents sites mais sur la nature de leur provenance. Suivant les textes régissant la FFC, les passations de marchés de plus de 10 millions Kmf doivent passer par un appel d’offre international. Ce qui n’a pas été le cas sur l’acquisition de ses équipements. L’ensemble des achats aurait coûté une soixante-dizaine de millions de Kmf. A ce stade, la somme connue est de l’ordre de 165 680,60 dollars (72 millions Kmf). Une somme payée par virement à la société mauricienne Traknstop Ltd le 31 mai 2019. Une société dont d’après les informations qu’elle a fournie auprès du Corporate and Business Registration Departement (CBRD) de Maurice, prétend baser ses activités dans le vente d’équipements de télécommunication et quelques activités en lien avec les transports.

CEN
Siège de la Fédération de Football des Comores (FFC) à Moroni Oasis

Une affaire colossale puisque d’après nos informations, c’est la FIFA qui a financé l’achat de ces équipements. Et pour que la FIFA subventionne un marché nécessitant un appel d’offre international, il faudrait au moins qu’il soit à partir de 300 000 dollars. Nous avons encore appris que la société Traknstop n’a pas fourni proprement dit ces équipements qui portent la marque Joma. Mais ayant un lien avec les transports, c’est Traknstop qui aurait assuré le transport des équipements de Maurice aux Comores. C’est là que le floue concernant le montant exact des millions restants dépensés pour l’achat. Une partie du dossier qu’intervient un certain Samir Sobha, président de la Mauritius Football Fédération (MFA). C’est à travers ce dernier que l’achat des équipements a été négocié et réalisé. Quel montant a-t-il perçu et quelles relations existent-elles entre lui, la FFC et Traknstop Ltd ?

Un marché prétendu être ” privé ” et des incohérences

C’est ce dossier si complexe que d’anciens membres du Comité Exécutif National (CEN) ont été entendus à la Brigade judiciaire de la Gendarmerie Nationale de Moroni. Ont été interrogés par la brigade, l’ancien président de la FFC Saïd Ali Saïd Athouman, l’ancien Secrétaire Général Mariyatta Abdou Chacour et le responsable financier Ahmadi Saïd Ali Mhoussouni. Ceci après une plainte déposée contre eux le 18 février par Youssouf Chaehoi et Ouseinne Houssalam, respectivement présidents de l’US Mbeni et de Ngaya Club. L’ancien président de la FFC se défend « qu’il ne s’agisse pas d’un marché public » mais « d’un marché privé ». Une erreur d’interprétation d’après une source auprès le FFC rappelant qu’il s’agit d’un dossier concernant une fédération. Ce qui veut dire qu’il ne peut en aucun moment être d’ordre privé.

Selon la défense de Saïd Ali Saïd Athouman, la procédure du marché aurait été respectée et validée par la FIFA avec un document à l’appui co-signé par sept soumissionnaires dont Mariyatta Abdou Chacour et Ahmadi Saïd Ali Mhoussouni. Un document envoyé à la FIFA par la secrétaire générale elle-même. Mais l’authenticité d’un tel document reste encore à prouver. Parmi les personnes prétendues ayant siégé pour valider cette passation de marché et signataires dudit document, figure Fayssoile Moussa. L’ancien chargé de la Communication de la FFC. Ce dernier affirme n’avoir jamais pris part à une réunion sur cette opération et ne séjournait pas aux Comores au moment d’attribution du marché. Un autre point et pas des moindres est que la FIFA se préoccupe peu de la manière dont la société a été choisie. Pourvue qu’elle figure dans une liste d’au moins trois soumissions faite par la fédération. Faire valider par la FIFA une passation de marché douteux est donc possible avec quelques mécanismes.

Partager sur :

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 + 26 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Football Local