Suivez-nous sur
cosafa cup

COSAFA

Pourquoi il est impératif de participer à la Cosafa Cup 2018 ?

Trois semaines après le match amical contre au Kenya, les Cœlacanthes sont de nouveau dans le flou concernant leurs prochaines sorties. N’ayant aucune rencontre prévue avant la réception du Cameroun en septembre, les Comores pourraient saisir l’opportunité de la Cosafa Cup fin mai pour préparer les éliminatoires de la CAN 2019.

Peaufiner la réparation des éliminatoires de CAN 2019

Logés dans le groupe B en compagnie du Cameroun, Maroc et Malawi, les Comores n’auront pas la tâche facile pour décrocher une probable qualification à la CAN 2019. Même si le sélectionneur Amir Abdou a récemment affirmé qu’en tant que compétiteur il y a encore des cartes à jouer, une bonne préparation est tout de même de rigueur.
Depuis octobre 2017, la campagne de préparation a été entamé avec le match amical face à la Mauritanie puis le derby de l’Océan Indien en novembre face à Madagascar.

cosafa cup

Ancoub Mze Ali avec les Comores lors de la 1ère journée des éliminatoires de la CAN 2019

« Il faut savoir que si on ne dispute pas de matchs amicaux, ça va être compliqué pour la suite. Les dates FIFA de mars ainsi que juin sont importantes. Ça va être très difficile voire même suicidaire de se présenter contre le Cameroun en septembre. », le sélectionneur Amir Abdou.

Après le report de la réception du Cameroun à l’occasion de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2019, les Cœlacanthes en ont donc profité de la date FIFA du mois de mars pour disputer un match amical face au Kenya. Mais affronter le tenant du titre en septembre n’est pas une chose aisée. Il nous faut peaufiner notre préparation. Ne pas disputer de rencontres jusqu’en septembre serait suicidaire. De plus que les rencontres s’enchaîneront avec une double confrontation face au Maroc en octobre et une rencontre en novembre face au Malawi.

Et que de mieux que de prendre part à la Cosafa Cup du 27 mai au 9 juin !

Des nations mieux classés et un classement FIFA en perspectif

Connaissant les difficultés auxquelles fait face la fédération à organiser des matchs amicaux, la prochaine date FIFA risque de passer sans que l’on puisse voir les Cœlacanthes en action. Mais fort heureusement, une option plus adéquate et très rentable nous ait à portée de main : la Cosafa Cup 2018. Du 27 mai au 9 juin, les nations d’Afrique Austral se retrouveront en Afrique du Sud à l’occasion de la 18è édition de la Cosafa Cup.

cosafa cup

Les Cœlacanthes des Comores, le 14 mars 2018 à Marrakech face au Kenya

Membre de ladite association, les Comores n’ont pris part qu’à deux reprises à la Cosafa Cup senior (2008 et 2009). Pourtant il s’agit de la plus grande compétition régionale dont les rencontres valent au même titre que des matchs amicaux au niveau du classement FIFA. Une aubaine pour le sélectionneur Amir Abdou et ses protégés qui pourraient, si les autorités comoriennes confirment la participation des Cœlacanthes, se mesurer à des grandes nations comme l’Afrique du Sud ou la Zambie.

« L’avantage avec le COSAFA est qu’on a la possibilité au moins de disputer trois matchs chaque année avec des nations mieux classées. Des matchs qui comptent en plus au classement FIFA au même titre que des matchs amicaux », nous avait confié le sélectionneur Amir Abdou.
L’occasion de faire notre grand retour cette année et permettre à notre équipe nationale, en quête de compétitions, de se mesurer auprès des géants de la région et de mieux préparer les prochaines échéances continentales.

Les 14 membres de la COSAFA :

Angola, Botswana, Comores, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, les Seychelles, Afrique du Sud, Swaziland, Zambie et Zimbabwe.

Partager sur :

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Pingback: Saïd Athouman : « Le football est un facteur d’unité et de cohésion »

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 9 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans COSAFA