Suivez-nous sur
Cœlacanthes, Equipe Nationale – Communiqué : « Les Cœlacanthes en colère »

Cœlacanthes

Equipe Nationale – Communiqué : « Les Cœlacanthes en colère »

C’est une affaire qui traînait depuis début du mois dont la lourde défaite des Comores contre la Palestine a fait éclater au grand public. En colère en vers leurs dirigeants, les Cœlacanthes ont partagé lundi un communiqué où ils dénoncent des « mensonges » des autorités et exigent du respect. Trois jours après, nous revenons sur le contexte de cet évènement qui n’est pas inédit en équipe nationale puisqu’une colère de joueurs a déjà eu lieu en décembre 2017.

Le football comorien a connu un mois de juin particulier. Des matchs amicaux annulés en début du mois, deuxième stage annulé et un match de barrage d’Arab Cup contre la Palestine préparé à la va-vite. Des évènements qui ont amplifié une situation post-qualification déjà délicate entre joueurs, staff et fédération. Après des semaines de silence, les cadres de l’équipe nationale ont finit par prendre la parole pour parler de cet « arbre qui cache la forêt. Une forêt en proie à des flammes qui risquent de tout décimer si rien n’est fait ». Les efforts déployés depuis mars 2014 et couronné par la qualification à la CAN risquent pour eux de partir en fumée. « Depuis plusieurs mois, nous faisons marche arrière ! »

Une succession d’évènements et une gestion chaotique

Tout part d’une vidéo d’El Hadad Himidi le 20 mai dernier. Après avoir programmé deux matchs amicaux pour début juin contre la Gambie (5 juin) et le Kossovo (8 juin), le Manager général des Cœlacanthes est venu annoncer leur annulation pour « faire récupérer les joueurs après une saison très longue ». Une justification non fondée et incomprise par les joueurs d’après leur communiqué. « Nous attendions à être convoqués pour les matchs amicaux du mois de juin » précisent les joueurs qui ont mal digéré la sortie médiatique de Himidi. « Nous avons accueilli cette annonce comme une aberration : toutes les autres sélections étaient mobilisées pour préparer les échéances à venir ! Et nous avions besoin de nous retrouver pour savourer et préparer notre première qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations ».

En même temps, El Hadad Himidi avait annoncé le même jour qu’un stage de préparation pour le match de barrage de l’Arab Cup contre la Palestine allait débuter le 12 juin. Une grande majorité des joueurs de l’équipe A étaient censés y participer et disputer cette rencontre. Mais cette fois, sans aucune explication, le stage fût annulé. Il a fallut attendre lundi 21 juin, soit trois jours avant le match, pour que le trio Himidi, Djamal Mohamed (Team Manager) et Stéphane Aboutoihi (Secrétaire général) donnent une liste des joueurs convoqués à la volée pour palier à l’absence des joueurs habituels. La raison avancée est que « les clubs empêchent les joueurs de rejoindre la sélection puisqu’il ne s’agit pas d’une date FIFA ». Une justification encore jugée mensongère par les joueurs qui affirment que « c’est faux pour la grande majorité d’entre nous ». Grave encore, une justification factuellement fausse a été encore avancée pour justifier l’absence du sélectionneur Amir Abdou, remplacé par son adjoint Younes Zerdouk.

Un manque de respect et l’absence de dialogue

L’énorme défaite des Comores contre la Palestine et la gestion de ce match est la goutte d’eau qui a fait débordé le vase. L’évènement de trop qui a finit par pousser les joueurs à réagir. « Notre Fédération, pendant toute cette période, a fait la sourde oreille. Elle s’est enfoncée progressivement dans une stratégie de mépris et de mensonges », peut-on lire dans le communiqué. Les joueurs poursuivent en dénonçant « un amateurisme permanent » parfaitement illustré dans la préparation de la rencontre du 24 juin dernier. « Un manque de respect à l’égard des joueurs. Un manque de respect à l’égard de l’adversaire qui s’est préparé des semaines durant. Un manque de respect aussi à l’égard de nos supporters et à l’égard du football. On ne prépare pas une rencontre internationale aussi importante au pied levé comme on organise un tournoi de quartier ».

En parallèle de ces évènements, une affaire de primes avaient fragilisé les relations entre joueurs d’une part, staff technique et fédération de l’autre. La prime du match contre le Togo et la prime de qualification à la CAN étaient sur la table. La première fût honorée mardi 15 juin par la fédération après plusieurs tentative d’étouffer l’affaire une fois sortie dans la presse. Et sur cette affaire, les joueurs ont tenu à clarifier les choses. « L’argent n’a jamais été et ne sera jamais une motivation pour porter et défendre les couleurs de notre pays, car c’est avec honneur et fierté que nous représentons, à travers notre passion, notre métier, la terre de nos pères et de nos mères ». Ils accusent cependant la fédération d’avoir « fait la sourde oreille » après avoir été sollicitée à plusieurs reprises pour « échanger, clarifier par écrit » sur certains éléments tels que « les équipements, gestion des déplacements des joueurs, conditions d’hébergement, ainsi que les primes actuelles et à venir ».

L’appel à l’apaisement et à un dialogue constructif

Enfin, les joueurs appellent aux dirigeants à œuvrer pour le changement. « Pour un véritable changement et non pour des effets d’annonces sans lendemain ». Ceci fait échos aux opérations de communication et marketing menées par la fédération sans au préalable se pencher sur les véritables problèmes du football comorien. Malgré leur colère, les joueurs des Cœlacanthes appellent leurs dirigeants « à la responsabilité, à l’écoute et au respect mutuel » et demandent qu’ils soient écoutés et qu’il y ait ouverture d’« un dialogue constructif » avant le prochain rassemblement de septembre. Un appel à l’apaisement balayé pour l’instant d’un revers de main par la fédération. Elle a régit le même jour dans la soirée dans un communiqué, co-signé par le « staff technique », du moins loin de l’apaisement et ne répondant à aucun point soulevé par les joueurs. Elle qualifie le communiqué des joueurs de « document regrettable » tout en annonçant qu’elle prendra les « décisions qui s’imposent ».

Signataires du Communiqué des joueurs :

Nadjim Abdou, El Fardou Ben Mohamed, Fouad Bachirou, Kassim Abdallah, Ali Mmadi, Youssouf Mchangama, Ali Ahamada, Ben Boina et Faïz Selemani. Représentant et agissant au nom de tous les joueurs des Cœlacanthes.

Partager sur :

Fondateur et Rédacteur en chef de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Cœlacanthes