Suivez-nous sur
Cosafa, Cosafa Women’s Cup 2020 : 10 expatriées avec les Comores

COSAFA

Cosafa Women’s Cup 2020 : 10 expatriées avec les Comores

À deux semaines de la Cosafa Women’s Cup 2020, les Comores se préparent à honorer leur deuxième participation dans cette prestigieuse compétition féminine d’Afrique Australe. Un tournoi initialement prévu ce mois d’octobre avant d’être reprogrammé du 3 au 14 novembre. Le tirage au sort de cette huitième édition est prévu ce jeudi à Port Elizabeth.

Dans quinze jours débutera la Cosafa Women’s Cup 2020 en Afrique au Nelson Mandela Bay. Soucieuses de faire bonne figure, les Comores se préparent grandement à cette échéance. Des détections au niveau national ont été menées ainsi que des recrutements au niveau de la diaspora ont été lancés. Ceci dans l’objectif de renforcer le niveau du groupe. Sur une liste de quinze joueuses expatriées sollicitées, onze ont pu être contactées par le staff technique et la Direction Technique Nationale. Ce sera finalement dix à répondre favorablement aux convocations dont Aliya Saïd, sociétaire de Thonon Evian en D2 féminine française.

Au Women’s Cup avec Wafat, Aliya et Zaharouna

Le groupe des Cœlacanthes à la prochaine Cosafa sera composé de 20 joueuses dont la moitié évoluent en France. Ces dernières sont au nombre de dix dont deux particulièrement évoluent à l’île de la Réunion. Parmi celles qui avaient pris part à l’édition précédente, seule la milieu défensive Wafat Mari sera de la partie. Le sélectionneur Choudjay Mahandhi peut compter cette fois sur l’expérience de Aliya Saïd. La jeune défenseure de 22 ans, native de Lyon, évolue depuis deux saisons au Thonon Évian Grand Genève (ex Ambilly) en D2 Féminine. Elle a été formée à l’Olympique Lyonnais et est passée aussi par les U19 de l’Olympique de Marseille.

La liste des néo-Cœlacanthes comptera aussi d’autres joueuses aux profils intéressants. Des joueuses ayant évolué un certain niveau du football féminin à l’exemple de Zaharouna Haoudadji (20 ans). Milieu offensive de l’US Vendôme (Régional 1 Féminine) passée par les U19 du FC Metz puis au RC Saint-Denis en D2 Féminine. Son entraîneur Yohan Chopard détaille son profil dans les colonnes de La Nouvelle République. « Même s’il faut qu’elle fasse attention à ne pas trop en faire parfois, Zaharouna peut faire la différence à elle toute seule sur un terrain. On voit qu’elle a joué au niveau au-dessus. C’est une meneuse. Mais il faut aussi qu’elle apprenne à être patiente ».

Parmi les nouvelles, on retrouve entre autres Anissa Maoulida (Milieu, FC Blois), sœur ainée d’Assimina, professionnelle à l’OL. Ainsi que Inès Mohamed (FC Lyon) et Zalia Mahamdou (Saint Denis FC). Le regroupement de tout l’effectif est prévu graduellement à Moroni du 22 au 31 octobre. « J’espère que c’est un début d’une nouvelle aventure et que d’autres viendront rejoindre le groupe », souhaite le DTN Ayouba Moussa. Cette politique d’intégration des jeunes talents de la diaspora dans les équipes nationales des Comores fait partie de ses objectifs. La Direction Technique Nationale espère en faire de même avec les U17 et U20 masculins aux prochaines éliminatoires des CAN de leur catégories.

Liste des joueuses expatriées retenues pour la Cosafa

  • Nayma Mouhitou (24 ans, défenseure) – Saint Denis FC (La Réunion)
  • Dioré Saïd (17 ans, défenseure) – Issy-les-Moulineaux
  • Bibi Raïssa Housseni (18 ans, milieu offensive) – Saint Denis FC (La Réunion)
  • Wafat Mari (26 ans, milieu défensive) – Paris Elite
  • Zalia Mahamdou (18 ans, défenseure) – Saint Denis FC (en instance de transfert en France)
  • Inès Mohamed (18 ans, attaquante) – FC Lyon
  • Anissa Maoulida (23 ans, milieu défensive) – FC Blois
  • Zaharouna Haoudjadji (20 ans, milieu offensive) – US Vendôme
  • Aliya Saïd (22 ans, défenseure) – Thonon Évian Grand Genève
  • Djamila Dhurari (18 ans, ailier droit) – FC Touraine

Partager sur :

Étudiant en Mathématiques, fondateur et administrateur de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans COSAFA