Suivez-nous sur
Comores, Les Comores végètent en bas du classement FIFA féminin, Comoros Football 269 | Portail du football des Comores

Cœlacanthes

Les Comores végètent en bas du classement FIFA féminin

Inactive depuis plus d’un an, l’équipe nationale féminine des Comores occupe les dernières places au niveau du Classement FIFA.

L’année 2021 se conclut si amèrement pour les Cœlacanthes. Sans disputer la moindre rencontre, les Comores perdent à nouveau des places au classement FIFA féminin. Elles terminent l’année à la 171ème place mondiale. Soit la sixième avant dernière place.

« C’est vraiment dommage qu’on ne nous considère pas autant que les garçons », déclarait en novembre Zaharouna Haoudadji, attaquante des Cœlacanthes. Une bien triste réalité qui caractérise le football féminin comorien. Entre un championnat local, privé de moyens, géré dans une totale anarchie et une équipe nationale classée aux oubliettes malgré des joueuses de qualités.

La dernière rencontre des Comores remonte au 9 novembre 2020 à l’occasion de la Cosafa Women’s Cup 2020. Cette année, la Fédération a déclaré forfait à deux compétitions majeures et manqué à toutes les dates FFA féminines. La prochaine fenêtre FIFA sera du 14 au 23 février 2022. Les Cœlacanthes vont-elles enfin reprendre le chemin des stades ?

Résumé du classement du 10 décembre 2021

  • Leader : États-Unis (inchangé)
  • Plus grand nombre de matches disputés : Tunisie (10 matches)
  • Plus grande progression en termes de points : Liban (plus 68,03 points)
  • Nombre total de matches disputés : 311
  • Plus grande progression en termes de places : Monténégro (plus 13 places)
  • Plus grand recul en termes de points : Angola (moins 69,09 points)
  • Nouvelles entrées dans le classement : Laos, Égypte, Guinée, Sierra Leone, Bénin, Liberia, Niger, Soudan du Sud.
  • Plus grand recul en termes de places : Guam (moins 14 places)

Partager sur :

Fondateur et Rédacteur en chef de Comoros Football 269. Un passionné de football africain et un éternel fan de Young Africans (Yanga). Entre le Taarab qui l'inspire et d’être possédé au moindre lyrics d'un Igwadu, il demeure au moins un Makua de culture Swahili.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’actualité locale

Plus dans Cœlacanthes